Le blogue d'Émilie Fournier

Dans mon jardin tranche-de-vie

7 juillet 2014

2
Capture d’écran 2014-07-03 à 16.16.28

Habiter à Montréal et être originaire de Lévis, ça signifie dire adieu aux grandes cours fleuries dans lesquelles j’ai grandi. En appartement, bien haut perchée au 3e étage, c’est un peu difficile de planter un lilas! Comme la présence de Dame Nature manquait déjà à mon été, j’ai décidé, un bon dimanche, d’enjoliver ma galerie d’appartement.

Récit d’une «wanna be» jardinière qui aime trop Pinterest : 

1ère étape : direction marché Jean-Talon.
Pour environ 50$, j’ai eu : 1 sac de terre, 6 plans de fines herbes, 1 plan de tomates et 3 annuelles. Pas pire hein? Et c’est tellement bucolique/hipster de choisir ses fines herbes avec son chum le dimanche après le brunch! yolo.

2e étape : les pots. Faut endimancher ça ces verdures là!
Pour ça, je suis allée au Rona tout près de chez moi. Là, tout dépend de votre budget. En plastique, en terre cuite, en verre…vous avez de tout. Comme j’en étais à ma première expérience de jardinage, je suis allée pour la solution beau, bon, pas cher et j’ai opté pour le plastique.
Conseil d’amie : ne faites pas comme moi et prenez votre temps. Au lieu d’aller à la quincaillerie à la hâte, commencez donc par visiter le Dollorama. Là c’est vraiment beau, bon et pas cher… Prix total pour les pots (3 petits, 1 grand, 2 bacs à fleurs): 40$.

3e étape : la palette.
Au départ, j’avais un grand projet palette pour la galerie. Comme ça :

palettes

Hélas, derrière chaque projet Pinterest du genre, il y a un pauvre gars pogné pour réaliser les souhaits de «madame bricole» qui ne sait pas où elle s’en va.
Afin d’éviter les querelles dans mon couple, j’ai vite compris qu’il valait mieux abdiquer sur ce dossier. Faut choisir ses combats!
J’ai tout de même conservé une palette, elle aussi dénichée au Marché Jean-Talon, pour en faire une cloison pratique : non seulement elle isole des voisins, mais aussi, elle permet de gagner de l’espace en y accrochant mes bacs à fines herbes.

afterlight

Étape 3A ou 2e malaventure avec les palettes : les boîtes à fines herbes étaient trop lourdes.
Conséquence : après un coup de vent qui a eu pour seul bienfait d’aérer mon aisselle en sueur, tout est tombé!!! Vacarme d’enfer, terre partout, fines herbes gravement blessées et voisins qui se payent ma gueule. #LeMalheurDesUnsFaitLeBonheurDesAutres.
J’ai dû tout replanter et réinstaller le truc. Cette fois, je l’ai attachée à la rampe (aux 4 coins) et j’ai mieux réparti le poids des boîtes à fleurs… C’est en le faisant qu’on l’apprend!

4e étape : utiliser ce que j’avais déjà.
– Ma table et mes chaises (Ikea)

– Mon fauteuil en rotin qui prend trop de place dans ma chambre (Ikea)

– Une corbeille en acier qui niaise dans le salon (HomeSense)

– Une boule de bois acheté de la décoratrice de Salut Bonjour Week-End après une de ses chroniques que je ne savais pas où mettre (HomeSense)

– Mes lumières de Noël emmêlées qui trainaient dans le fond du garde-robe

TADAM! Résultat final :

afterlight (1)

afterlight (1)

 

Je vous laisse, je m’en vais parler à mes plantes!
xo
Em.

 

 

 

 

 

 

 

2

Commentaires — 2

  1. Audrey dit :

    Très beau résultat ! C’est très original beaux travail !

Laisser un commentaire